Activity Report Lacroix Group Entretien avec Vincent Bedouin - Activity Report Lacroix Group

Entretien
avec Vincent Bedouin

2019 a été marquée par deux acquisitions pour LACROIX Group : SAE IT-systems et Smartnodes. Y a-t-il une cohérence entre les deux ?

V.B

Il y a un fil directeur clair : renforcer notre leadership sur 2 axes : technologique et international. SAE IT-systems, leader allemand des équipements de télégestion des réseaux électriques intelligents (smart grids) est le complément idéal de LACROIX Sofrel, leader français des équipements de télégestion des réseaux d’eau et de chaleur. Les synergies produits et commerciales sont évidentes et leurs complémentarités nous permettent de renforcer notre proposition globale dans une nouvelle activité chapeau : LACROIX Environment ! Le rachat de la start-up belge Smartnodes, intégré dans le pôle éclairage public de LACROIX City, apporte un complément technologique à notre offre smart lighting, notamment pour adresser certains marchés européens comme le BENELUX et l’Allemagne. Nous sommes bien dans ce mouvement d’intensification de nos métiers et de notre présence sur l’ensemble du marché européen.

Des acquisitions, ce sont en général des grands chamboulements en interne. Comment ces intégrations se déroulent-elles ?

V.B

Chaque cas est différent mais cela se construit progressivement et positivement, dans un esprit très ouvert et collaboratif. D’un côté comme de l’autre, ces nouvelles acquisitions nous permettent d’entrevoir des synergies claires au niveau commercial et R&D. Nous envisageons même très concrètement des synergies croisées entre SAE IT-systems et Smartnodes, comme par exemple au travers de notre filiale espagnole. Ces synergies naturelles, plébiscitées par les équipes elles-mêmes, nous confortent dans le fait que nous faisons les bons choix !

Comment va LACROIX Group et ses équipes ?

V.B

Nous allons bien ! Bien sûr, la période est chargée car nous menons de nombreux projets structurants. Nous ne sommes pas encore à la fin du plan 2020, mais nous voyons d’ores-et-déjà des résultats concrets et de vrais avancées sur le plan de l’innovation, de la digitalisation et de la libération des énergies. Nous nous sommes structurés dans l’ensemble de ces dimensions, comme par exemple au travers d’un plan de formation des managers. Les retours du programme interne de MBA et Certificats sont extrêmement enthousiasmants, et nous projetons l’année prochaine de lancer un « Management Day » annuel qui concernera toute la ligne managériale de l’entreprise. Et nous avons déjà commencé à bâtir le plan 2025, qui est riche de chantiers prometteurs.

Vous recrutez ?

V.B

Nous recrutons en permanence, tous types de profils, opérateurs, techniciens, cadres et managers. A noter le renforcement du Comité Exécutif cette année avec les arrivées de Ronald Vrancken, nouveau Directeur Général de LACROIX Environment et Stéphane Henry qui prend la responsabilité de la R&D au niveau de LACROIX Goup : deux profils de haut niveau avec une solide expérience des technologies, de l’international et des marchés.

Qu’est-ce qui les a convaincus de vous rejoindre, selon vous ?

V.B

Le projet d’entreprise. La complémentarité des activités, et l’équilibre stratégique proposé par notre envergure, qui combine l’agilité, l’innovation et la capacité du passage à l’échelle industrielle.

Impossible également de ne pas parler du projet SYMBIOSE, d’usine électronique du futur, qui a été officiellement lancé cette année. Où en êtes-vous très concrètement ?

V.B

SYMBIOSE est notre projet totem. Il incarne ce que nous faisons et ce que nous sommes. Ce n’est pas juste un projet de bâtiment. SYMBIOSE, c’est l’opportunité de créer l’avenir. Nous avons ouvert ce projet à des partenaires, parce que le futur ne se créé pas tout seul. Et l’engouement qu’il suscite nous dépasse. Nous avons par exemple un partenariat avec Orange sur le déploiement de la 5G. Nous en sommes particulièrement fiers, car nous sommes la seule société hors format CAC40 à avoir tissé ce partenariat avec eux. Mais il y en a d’autres comme PTC, entreprise américaine leader sur les sujets de connectivité et de traitement de données, domaines indispensables pour rendre possible l’industrie du futur. Avec SYMBIOSE, c’est également notre façon de travailler qui se transforme. 30 projets de lean manufacturing sont en cours de réalisation et lorsque nous déménagerons dans les nouveaux locaux de Beaupréau, dans un peu plus d’un an, nous déménagerons un ensemble industriel déjà optimisé. C’est une prouesse remarquable et je salue le travail des équipes sur le terrain qui croient dans ce projet et le rendent vivant. Et nos clients y croient aussi ! Notre carnet de commande est plein. C’est un très beau signe de confiance.

Les équipes sont-elles parties prenantes dans les orientations stratégiques pour SYMBIOSE ?

V.B

Nous avons associé au maximum les collaborateurs dans les propositions, depuis la genèse du projet. Cela a influé directement sur le choix du lieu de l’usine, proche du site actuel, pour fidéliser au maximum nos talents. Et il reste encore du travail collectif à réaliser pour définir comment sera notre nouvelle usine !

Quels sont vos liens avec le territoire sur ce projet ?

V.B

SYMBIOSE voit le jour parce que nous sommes dans une dynamique de filière électronique qui se régénère au niveau national. Et autour du Technocampus d’Angers, nous avons la chance d’avoir une filière électronique forte en région Pays de la Loire. Et nous bénéficions d’un soutien indispensable de la région, de la Communauté des Mauges, des Communes de Saint-Pierre-Montlimart et de Beaupréau. Nous jouons vraiment la carte du territoire, parce que nous y croyons. Nous aurions pu créer SYMBIOSE en Pologne. Mais ça n’aurait pas été le même projet. Là, nous réindustrialisons la France, avec un projet à la pointe de la technologie.

Vous avez reçu le prix d’ETI de l’année lors des Assises de l’Industrie en 2019 : est-ce un trophée sur la cheminée, ou cela a-t-il une signification pour vous ?

V.B

Forcément, cela nous a fait plaisir, d’autant plus que nous n’avons pas eu à candidater. Mais nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers, et nous devons surtout réussir à boucler notre plan 2020. Ce prix est encourageant, mais ce n’est qu’un début. C’est la suite qui m’intéresse.

Vous êtes associé au Groupement Engie / SUEZ / La Poste / VYV qui a été sélectionné par la ville d’Angers pour créer son territoire intelligent. Pouvez-vous nous en dire deux mots ?

V.B

Je dirais qu’Angers est le projet vitrine de la stratégie de LACROIX Group, par le périmètre large des fonctionnalités que nous y associons : éclairage public, gestion du trafic, gestion de l’eau, réseaux de chaleur et des équipements connectés et électroniques partout … Ce projet, qui va servir de modèle à beaucoup d’autres villes, démontre plus que jamais la complémentarité de nos activités.

Qui sont les partenaires sur lesquels vous comptez vous appuyer en 2020 ?

V.B

Ils sont nombreux ! Orange, dont nous avons parlé, mais également des clients avec lesquels nous co-concevons l’avenir. Au travers du LACROIX Lab, nous avons réalisé des ateliers créatifs avec environ 45 clients ou partenaires, pour répondre à la question : « Quel service peut-on rendre à ce client à travers de nouveaux usages et la conception de nouveaux produits et offres ? ». Ce type de posture ouverte et collaborative nous a amenés à l’expérimentation de la navette autonome de Nantes en 2019 aux côtés de Nantes Métropole, d’EDF, et du Groupe Charrier. Et bien évidemment, nous continuerons de travailler main dans la main avec les collectivités : les régions, les métropoles (Angers, Nantes, Rennes, Lyon, Paris …), les DIR (Direction Interdépartementales des Routes), etc. C’est en arrivant à ce degré d’ouverture avec nos partenaires que nous créons la valeur la plus intéressante et durable possible.

Pour LACROIX Group, 2020 sera l’année … ?

V.B

De la confirmation, avant un nouveau départ en direction du plan 2025. Nous avons vraiment des beaux projets devant nous, et je tiens à profiter de cette occasion qui m’est donnée pour remercier et féliciter toutes les équipes qui sont fortement mobilisées, et sans qui rien de tout cela ne serait possible.